ISRAËL / Le gouvernement israélien veut rendre le pays plus attractif pour les tournages

Le Ministre des Finances israélien Avigdor Liberman a annoncé un budget de 12 millions d’euros pour rendre le pays plus attractif pour les tournages. Cette somme devrait permettre une réduction des coûts des équipes de tournage de 25 % pour les productions télévisuelles et cinématographiques internationales. Cette offre est valable deux ans. Une seule condition exigée : qu’un producteur local soit embauché. 

Avigdor Lieberman, Ministre des Finances israélien

Le nouveau programme d’incitation fiscale a vu le jour grâce à la coopération de l’Association des producteurs de télévision et de cinéma israéliens, du ministre des Finances, ainsi que ceux des secteurs de la culture, des affaires étrangères, de l’économie et du tourisme. En plus d’être porteuse pour l’industrie audiovisuelle, la mesure promet de booster l’économie et de créer des milliers d’emplois dans le tourisme et la restauration rapporte Adar Shafran, le président de l’Association des producteurs de télévision et de cinéma israéliens. « Cette étape porte un message important : l’image de marque positive d’Israël dans le monde en tant que centre de tournage de films et de séries internationaux, utilisant les ressources naturelles d’Israël et les sites uniques et historiques », a commenté Avigdor Liberman. 

Fauda
La série Netflix « Fauda »

Dans les années 1980 le pays était un lieu de tournage très prisé. Ces dernières années, il avait perdu en popularité. En cause, une loi votée en 2008 exigeant notamment des producteurs étrangers de percevoir leurs revenus par l’intermédiaire d’une société de production de films israélienne, « un processus jugé inutilement bureaucratique et peu pratique » selon The Times of Israël. Le pays souffre aussi de la concurrence d’autres pays de la région – la Jordanie, Chypre, Malte ou encore la Tunisie -, qui offrent des conditions plus favorables. Un paradoxe au vu du succès mondial des productions nationales ces dernières années, comme les séries Netflix « Fauda » ou « Shtisel ». « Même des films censés être basés en Israël ont été mis en scène ailleurs, y compris le film de zombies de 2013 « World War Z », qui a été tourné à Malte » rapporte Vanity Fair. La baisse des coûts de production pourrait changer la donne et inciter Hollywood à utiliser Israël comme toile de fond. 

« Quand vous voyez que« Dune » et le dernier film « Star Wars » ont été tournés en Jordanie, il est clair qu’Israël a beaucoup de potentiel ; non seulement nous avons le même désert, mais nous avons aussi de nombreux paysages différents, du désert à la neige, des plages, des montagnes et bien sûr des monuments historiques ; et une industrie florissante », souligne Tzvika Gottlieb, PDG de l’Association des producteurs israéliens.

Pour plus d’informations sur l’actualité audiovisuelle en Israël, cliquez ici.

Sources : cineuropa.org, variety.com, timesofisrael.com, kftv.com

Lien Permanent pour cet article : https://mediterranee-audiovisuelle.com/avigdor-liberman/