Algérie / Constantine 2015 : Quand le cinéma remue le passé

Constantinproduction_cinemae est devenue pour l’année 2015 « Capitale de la culture Arabe ». Cet événement est, pour la ville, l’occasion de redonner un élan à ses institutions culturelles et de faire rayonner l’histoire et la culture algérienne à travers le monde arabe. Au cours de cette manifestation, la production cinématographique n’est pas en reste dans la ville puisque quinze films (courts et longs métrages, fictions et documentaires) seront produits par le département Cinéma du Commissariat de la manifestation culturelle.

Au mois d’avril, Constantine a accueilli quatre tournages où les luttes historiques des algériens et des constantinois ont été à l’honneur. Ahmed Rachemi a effectué en avril les premières prises de vue de son long métrage de fiction « Les sept remparts de la citadelle » sur la grande place de Si El Houes en présence de la ministre de la culture Nadia Labidi. Le cinéaste envisage un travail de mémoire afin « d’exhumer des pans de l’histoire de l’Algérie et des périodes cruciales ». Par cette adaptation du roman de Mohamed Maarafia, il veut raconter  » la colère de l’Algérien, dépossédé violemment de sa terre, la dure réalité des colonisateurs, spoliateurs et l’obstination et la volonté à combattre sans recul pour restituer sa terre ».

A travers un travail documentaire, Haya Djelloul et Samir Benalioueh prennent le même chemin pour parler de la mobilisation de Constantine face aux colonisateurs ( « La Fantastique résistance constantinoise à la conquête française » ). Tandis qu’un second documentaire, « Khafaya Qasantina » (Les mystères de Constantine) de Farid Djouma propose d’explorer l’histoire plus ancienne des passages souterrains et des grottes de l’antique Cirta.

Enfin, en marge de l’événement, mais à Constantine tout de même, Ahcène Osmani a lancé le tournage de sa superproduction « Les Lions d’Algérie ». Ce projet de 2h30 suivi d’une série de 30 épisodes de 26 minutes retrace l’histoire du mouvement de libération nationale qui a animé les algériens de 1945 au 5 juillet 1962. Avec la bénédiction du ministère de la Culture et des Moudjahidines, ce projet va redonner un souffle à l’industrie cinématographique algérienne avec un tournage dans une trentaine de wilayas et la participation de près de 100 000 figurants et de 300 techniciens.

Sources: aps.dz et elwatan.com

Lien Permanent pour cet article : https://mediterranee-audiovisuelle.com/algerie-constantine-2015-quand-le-cinema-remue-le-passe/