Syrie / Notturno et la force de ceux qui restent

La guerre, son effet traumatique, dévastateur et silencieux sont au centre de Notturno. Gianfranco Rosi a en effet pris sa caméra pour raconter la vie pendant la guerre en Syrie. Pour son nouveau film, il lui a fallu trois années de réflexion et de tournage. Il s’est aventuré en Syrie, en Irak, au Kurdistan et au Liban pour documenter la guerre et le terrorisme.

Bande annonce

Mais, Gianfranco Rosi ne filme pas frontalement la violence du conflit, il en capture ses conséquences. Grâce à différents portraits il montre une mosaïque de personnes qui tentent de vivre malgré tout. Des patients dans un hôpital psychiatrique préparent un spectacle sur l’absurdité des politiques. Un jeune couple sur un toit partage une chicha en attendant la pluie. Le coup de fusil d’un chasseur d’oiseaux, fait écho à des bruits d’explosions plus violentes.
Dans ce contexte, c’est l’existence et la survie qui sont la priorité absolue. Notturno met ainsi en avant la force de ceux qui restent sur place.

Notturno
Affiche de Notturno

Après avoir remporté, un Lion d’or en 2013 et un Ours d’or en 2016, Gianfranco Rosi a présenté sa nouvelle œuvre durant la 77e Mostra de Venise. Son film est une coproduction italienne, allemande et française, présenté par Stemal Entertainment, 21Uno Film, RAI Cinema, Istituto Luce Cinecittà. Il a été réalisé en coproduction avec Les Films d’Ici, No Nation Films et Mizzi Stock Entertainment.

Sources :
https://www.ilfattoquotidiano.it
https://www.rtbf.be
https://www.thegate.ca

Autres articles sur la Syrie

Lien Permanent pour cet article : http://mediterranee-audiovisuelle.com/syrie-notturno-et-la-force-de-ceux-qui-restent/